Je voudrais rappeler l’origine d’une expression que nous employons tous les jours, sans même savoir quel en est le sens exact.

Savez vous, donc, d’où vient l’expression : “Comment allez vous ?” ?

Cette expression remonte aux environs de la Renaissance et, à cette époque, elle signifiait Comment allez vous à la selle ? .

Car il faut savoir que la qualité des selles et des urines étaient alors extrêmement importantes, étant signes de bonne ou de mauvaise santé ...

Il était donc fort poli de se soucier de la forme de son interlocuteur ou de son interlocutrice, en lui demandant comment il, ou elle, avait fait ses besoins le matin.

Il est vrai qu’à cette époque, les rares cabinets de toilettes publiques (Louvre, Versailles, etc.) étaient très encombrés et les besoins se faisaient en commun, les discussions et confidences allant bon train, rythmées par les allées et venues.
Les selles des « grands hommes » étaient mirées quotidiennement par le médecin royal, qui examinait le contenu des chaises percées, et qui déclarait souvent qu’un « dérèglement de boyaux » pouvait être fatal.

Plus près de nous, chez les militaires, surtout quand ils étaient en campagne, ou à l’époque coloniale et dans la légion, la question « comment vas-tu ? » était devenue, par convention « les urines sont claires ? » ou encore « les selles sont bonnes ? ».
Il est vrai que les parmi les maladies tropicales, la dysentrie était une hantise car on en mourait souvent.

Imaginez, si, de nos jours, nous redonnions à cette question, si banale, son sens d’origine ?

Autour de la machine à café, le lundi matin, je m’imagine fort bien, répondant à mon collègue favori s’enquerrant de ma forme :

  • « Très bien ! J’ai fait un étron qui avait si belle allure que j’ai failli le prendre en photo ! »
    Ou bien :
  • « J’ai une courante digne d’une gastro-entérite, quand je vais aux toilettes, j’ai l’impression de faire de l’aérographe ! Et toi, toujours constipé ? »

Avouez que les relations d’entreprises auraient une autre qualité ... plus humaine ... plus conviviale ...

Cela aurait un autre cachet (et une autre saveur) que l’éternel : « Comme un lundi... » ou encore : « Bien et toi ? »

P.-S.

Sans vouloir jouer les nostalgiques, je pense sincèrement que les hommes deviennent de plus en plus égocentristes et nombrilistes, et ne se soucient plus que de leur postérieur, en se foutant royalement des autres.